+33 (0)2 99 82 53 34 du lundi au vendredi 9h-12h//14h-18h sauf jours fériés

Les policiers de Saint-Malo poursuivent leur enquête, appuyés par le Service régional de l’identité judiciaire de Rennes, après l’incendie du week-end au port. Vingt-deux bateaux ont été endommagés, huit ont coulé. L’origine du sinistre reste encore inconnue, mais la piste accidentelle est privilégiée.« Pour le moment, rien ne nous oriente vers un acte de malveillance. S’il y a le moindre doute, nous diligenterons une expertise judiciaire », précise Christine Le Crom, procureure de Saint-Malo. Les experts des assurances sont attendus. Des épaves ont été sorties de l’eau, mardi. Elles sont entreposées à la cale du Naye. L’enquête n’est pas terminée,« on ne peut rien écarter, toutes les hypothèses sont retenues ». Les policiers devaient notamment vérifier l’état des câbles avec lesquels les plaisanciers se branchent sur les bornes électriques des pontons. La survenue d’un court-circuit est une des hypothèses possibles. Seule certitude, à cette étape des investigations :« Il n’y a eu qu’un seul départ de feu », confirme le commissaire Serrand, le patron des policiers malouins. Hier après-midi, les pompiers étaient en exercice au port des Sablons. Des manœuvres prévues de longue date. Simple coïncidence après l’incendie de dimanche.
Article issu de OUEST FRANCE l’édition de Saint Malo du jeudi 4 mai 2017